Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'antre de Jericho

L'antre de Jericho

Un blog centré sur le cinéma et parfois les jeux vidéo ainsi que la littérature


BILAN cinéma de l'année 2015

Publié par Jericho sur 10 Janvier 2016, 18:35pm

Catégories : #Bilan, #Année, #2015, #Cinéma

BILAN cinéma de l'année 2015

2016 vient de pointer le bout de son museau, alors il est nécessaire de fomenter un bilan cinoche de l'année précédente. A l'instar de l'année 2014, je n'ai pas été très fécond dans la rédaction de critiques, j'ai néanmoins vu une pelletée de longs-métrage.

Mon classement "Le top 20 des meilleurs films", inclus bien évidemment les sorties cinéma en France, mais aussi les oeuvres qui sont sorties directement au sein du marché vidéo hexagonal (pour ces dernières, le titre sera de couleur rouge).

Let's go !

 

20 - Seul sur Mars (Ridley Scott)

Le cinéaste britannique retourne dans son genre de prédilection. Et pour cette fois, il opte pour un ton plus léger, et un contexte plus réaliste que de coutume. Malgré quelques longueurs, c'est un film agréable à voir, grâce à son originalité notamment (voir ma critique pour plus de détails).

 

19 - La peau de Bax (Alex van Warmerdam)

On est à peu près dans le même cas de figure que le film ci-dessus, dans le sens où cette oeuvre néerlandaise s'approprie un genre, pour mieux le détourner. Ici, on a une histoire de tueurs à gages qui verse dans la comédie noire. Tout ne se passe pas comme prévu, et certains personnages sont délicieusement pathétiques.

 

18 - Ex Machina  (Alex Garland)

Un jeune programmeur informatique gagne un concours pour passer un séjour dans un endroit isolé, un lieu où réside son propre PDG. Ce dernier lui propose de passer le test de Turing face à Ava, une machine non dénuée de charme, afin d'établir si oui ou non elle a une conscience. C'est un bon film de SF sur l'intelligence artificielle et les sentiments humains, un huis-clos étouffant.

 

17 - La Isla minima (Alberto Rodriguez)

Un thriller espagnol se situant dans les années 80, où l'on suit dans une région reculée et marécageuse, deux policiers qui ont pour objectif de résoudre une affaire d'assassinat de deux adolescentes. C'est très classique, mais la qualité de la mise en scène et le contexte post-franquiste de l'histoire, compensent largement cet écueil.

 

16 - Invincible (Angelina Jolie)

Alors là, c'est probablement LA surprise de l'année dans la mesure où j'en attendais rien car je ne connaissais pas le travail d'Angelina Jolie en tant que réalisatrice. Bien écrit, bien réalisé et bien photographié (Roger Deakins en force). Pas grand chose à dire, si ce n'est que je suis moins fan de la dernière partie à cause d'une scène en particulier.

 

15 - Les Nouveaux sauvages (Damian Szifron)

En général, les films à sketches sont irrémédiablement inégaux, pour celui-ci ce n'est pas vraiment le cas (il y a peut être le dernier qui tire trop sur la longueur). On a donc droit à six récits indépendants, mais qui ont une chose en commun: le pétage de plombs de certains protagonistes. Une comédie noire savoureuse et cruelle !

 

14 - À la poursuite de demain (Brad Bird)

Cela ressemble à une adaptation officieuse d'une oeuvre de Jules Verne. Le charme est bel et bien présent. C'est mis en scène avec brio, l'histoire est accrocheuse (Lindelof sait bien ménager le suspens et le mystère), les acteurs notamment les gamins sont plutôt bons, puis la musique est appréciable... Bref, du bon gros divertissement de qualité.

 

13 - The Voices (Marjane Satrapi)

Décidément, c'est l'année des comédies noires grinçantes j'ai l'impression. Ryan Reynolds porte le film sur ces épaules. De par sa performance (et par le choix d'écriture aussi), il arrive à rendre attachant un personnage complètement siphonné du bulbe. En outre, le générique de fin, vaut son pesant de cacahuètes.

 

12 - Wolf creek 2 (Greg McLean)

On retrouve donc Mick Taylor, un boogeyman australien, qui est une sorte de redneck bien beauf qui ne supporte pas les touristes. Le premier opus fut une excellente surprise, sa suite lui fait honneur, tout en étant bien diffèrente. Il est beaucoup plus rythmé que son prédécesseur, et il y a un aspect série B plus prononcé. C'est fun et c'est assumé.

 

11 - Loin des hommes (David Oelhoffen)

Dans le lot, il fallait bien caler un film français tout de même. Ce film raconte l'histoire d'un instituteur qui se voit contraint d'escorter un prisonnier accusé d'avoir tué son cousin. Les deux hommes que tout oppose, vont tisser peu à peu des liens amicaux lors de ce périple en pleine guerre d'Algérie. Le duo Reda Kateb/Viggo Mortensen fonctionne à merveille.

 

10 - Les Survivants (Craig Zobel)

A la lecture du synopsis, on aurait pu se dire, encore un énième film post-apocalyptique, qui surf sur la mode du moment. Or, vu le traitement, ce n'est pas le cas. On est plus dans un délire intimiste ou le relationnel et les sentiments entre les personnages, sont les éléments centraux de l'histoire. C'est subtilement relaté, au point de bien saisir la complexité de l'être humain.

 

9 - The Guard (Peter Sattler)

Une oeuvre qui se situe dans le camp de Guantanamo. Le fameux lieu de détention polémique où les prisonniers sont accusés de terrorisme. Surprise, ce n'est aucunement manichéen car finement écrit et on se lie d'affection avec ce duo improbable, à savoir une geôlière et un détenu.

 

8 - Red Army (Gabe Polsky)

Un documentaire centré sur une équipe singulière de hockey sur glace. Un sport que je connais peu, alors non seulement j'ai appris pas mal de choses, mais en plus c'est passionnant, car ça va au delà de l'aspect sportif. On évoque tout de même l'hégémonie de l'équipe nationale soviètique en pleine guerre froide. Par conséquent, l'histoire politique a une place prépondérante.

 

7 - It Follows (David Robert Mitchell)

Enfin un film fantastique qui s'échappe du carcan du genre actuel. Le concept est bon, en plus de bien tenir sur la longueur. Et même si je n'ai pas beaucoup flippé, il y a une superbe ambiance (grâce à une musique electro) et une excellente mise en scène. Pour ne rien gâcher, les personnages sont attachants.

 

6 - Black Sea (Kevin Macdonald)

De son propre aveu, le réalisateur britannique souhaitait fomenter un pur divertissement, et selon moi il a réussi son pari. Black Sea relate l'histoire de prolétaires qui veulent récupérer, via un sous-marin, un trésor perdu au fin fond de la mer. Un vrai film d'aventure qui est très plaisant à regarder.

 

5 - Kundo (Jong-bin Yun)

Une énorme surprise pour ce long-métrage sorti en toute discrétion chez nous. Le cinéma coréen en a encore sous la pédale. C'est rythmé, filmé avec soin, avec des scènes d'actions bien chorégraphiées, et les personnages ont de la prestance (voir ma critique pour plus de détails).

 

4 - Mission:Impossible - Rogue Nation (Christopher McQuarrie)

C'est officiel, Tom Cruise est un malade. Ca fait depuis quelques années qu'il se prend pour un cascadeur, en faisant des défis physiques toujours plus fous. Dans cet épisode fort réussi, il enchaine les moments de bravoures comme personne, comme s'il avait quelque chose à prouver à son âge. Pour le reste, c'est brillamment exécuté, puis la scène de l'opéra est un modèle d'élégance en terme de réalisation.

 

3 - Birdman (Alejandro González Iñárritu)

C'est aussi un défi, un défi technique pour le réalisateur vu que tout le film est une sucession de plans-séquences. Au delà de l'aspect visuel, c'est une oeuvre impertinente, cynique et poétique. Birdman est riche en terme de thématiques, le monde artistique est montré sous un visage peu flatteur. Puis, Michael Keaton livre une prestation remarquable, qui plus est.

 

2 - Mad Max: Fury Road (George Miller)

Une course poursuite qui ne s'arrête jamais, un scénario minimaliste, et pourtant, cet opus est probablement celui qui a l'univers le plus riche et dense de la franchise. Quelle régalade, même si le fameux Max est quasiment relégué au second plan, au profit de Furiosa, un personnage féminin fort et charismatique. George Miller s'éclate à filmer cette folie furieuse, et moi aussi en la regardant.

 

1 - Sicario (Denis Villeneuve)

Je l'attendais de pieds ferme et il ne m'a aucunement déçu. Quelle baffe dans la tronche. A la fin de la séance, je savais que ce serait LE film de l'année, et je peux évidemment le confirmer aujourd'hui. Que dire de plus... Benicio Del Toro est au sommet de son art, ainsi que tous le reste de l'équipe ayant participé au film (voir ma critique pour plus de détails).

 

 

Je vais conclure mon article avec cette vidéo, regroupant toutes les sorties cinéma de l'année 2015 (sur le sol américain):

Commenter cet article

Bernieshoot 13/02/2016 16:33

j'en ai vu quelques uns dont "seul sur Mars". j'en profite pour vous souhaiter la bienvenue dans ma communauté Livres Ô blogs

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents